Innovation participative : l’exemple de la gendarmerie nationale !   K’PRATIK

KPRATIK > Innovation participative : l’exemple de la gendarmerie nationale !

Venez trouver l’inspiration ! Innovation, innover, innovaction, défi participatif, hotline, hackathon …kesako ? L’équipe de la cellule d’innovation de la Gendarmerie Nationale vous questionne, vous stimule et vous accompagne pour définir avec vous ces termes et pour identifier avec vous, vos leviers et vos freins au sein de vos collectivités ? Mais aussi quels sont les mécanismes d’un innovateur ? Quels dispositifs adaptés ? Une vraie boîte à outils à partir d’expériences concrètes menées.

Faites le plein d’idées !  


Récit du K’Pratik « INNOVATION PARTICIPATIVE : L’EXEMPLE DE LA GENDARMERIE NATIONALE » organisé par le CNFPT-Inet


La Gendarmerie Nationale l’a fait, pourquoi pas vous ? Se poser la question est déjà une première étape vers l’innovation. Pourquoi ? Pourquoi pas ? Et surtout comment innover dans nos collectivités ? L’exemple de la Gendarmerie Nationale est transposable, inspirons-nous !

Tu veux ou tu veux pas ?

LES (BONNES) RAISONS D’INNOVER

Comme innover n’est pas chose aisée, il est souvent plus facile de trouver des bonnes raisons de ne pas le faire que l’inverse. Mais si on réfléchit un peu, une innovation, ce n’est qu’une initiative qui a trouvé son public. Dis comme ça, l’innovation fait moins peur, elle paraît plus accessible.
Alors reconnaissons-le, l’organisation a vraiment tout intérêt à innover :

  • C’est un puissant levier de performance qui permet des économies d’échelle.
  • C’est un gain de temps, une amélioration de la qualité de services, des conditions de travail et de l’ergonomie.
  • C’est une plus-value pour la relation à l’usager.

Mais surtout, l’innovation c’est une sorte de délégation de pouvoir accordée aux agents. Leur donner le droit d’innover, c’est leur accorder le pouvoir de transformer leur environnement professionnel : un agent peut faire évoluer son organisation. Et dans ce cas, il se sent plus impliqué et trouve du sens à son travail, et c’est toute une culture interne commune qui se développe.

LES (MAUVAISES) RAISONS DE NE PAS INNOVER

Pourtant, de nombreux freins se mettent en travers de notre route et nous empêchent de mettre en place ces initiatives qui ne trouveront donc pas leur public.
Il y a les freins psychologiques comme la peur du changement, de l’échec, le manque de confiance en soi, de motivation, etc.
Il y a les freins extérieurs comme la lourdeur des procédures, le manque de temps, d’outils adaptés, de moyens financiers, d’adhésion de la hiérarchie, etc.

Nous retiendrons les principaux :

  • La modestie des porteurs de projet : mon idée n’est pas si géniale, c’est tout bête…
  • Le défaut de valorisation : à quoi bon ?…
  • La hiérarchie, intermédiaire ou non : pas facile pour les chefs de déléguer le pouvoir, et pas facile pour l’agent d’atteindre le bon interlocuteur.
  • La place laissée à l’innovation dans l’organisation : selon son positionnement dans l’organigramme, le service innovation aura ou non les capacités d’être efficace.

 

Ok, mais comment on fait ?

La Gendarmerie Nationale a mis en place une démarche d’innovation participative qui montre de bons résultats. Cette démarche repose sur trois piliers :

  • L’innovation dirigée (non participative) : c’est la ligne du Directeur Général

  • L’innovation participative spontanée : les dispositifs animés pour recueillir toutes les idées, sans jugement, en toute bienveillance. Par exemple, une hotline qui permet à l’agent de poser directement et anonymement ses questions, qui arriveront à deux interlocuteurs seulement du Directeur Général. La hotline contourne le frein de la hiérarchie intermédiaire.

  • L’innovation participative provoquée : les dispositifs mis en place pour provoquer l’émergence de nouvelles idées. Par exemple, un hackathon a été organisé sur trois jours pour le développement d’une application d’aide à la personne en détresse. Des étudiants en informatique se sont prêtés (gracieusement) au jeu pour plancher sur le problème. À l’issue de ces trois jours, l’application était quasiment opérationnelle.

 

Mettons les innovateurs à l’honneur

Valoriser les innovateurs, c’est un des éléments clés pour instaurer cette culture d’innovation dans les organisations. Alors n’oublions pas de les célébrer ! Par des cérémonies de remise de trophées, par une prime de résultat, par un répertoire des innovations, etc.
Cette mise à l’honneur contribue aussi à accélérer la carrière des innovateurs, ils sont connus et reconnus. Mais la plus belle des reconnaissances, c’est quand mon projet, né dans ma petite entité sur le coin d’une table, est généralisé à toute l’organisation.
Finalement, l’innovation s’apparente de près à la conduite d’un changement. Comme elle, elle doit être accompagnée avec bienveillance et droit à l’erreur. Osons l’innovation !


POUR PASSER À L’ACTION

Lieutenant colonel Frédéric Huguet, direction générale de la gendarmerie nationale, mission du pilotage et de la performance, bureau de la qualité et de l’innovation participative.


Intervenant(s)

Organisateur :

Lieutenant colonel Frédéric Huguet et Rodolphe Guéniot, direction générale de la gendarmerie nationale, mission du pilotage et de la performance, bureau de la qualité et de l’innovation participative

  • RT : Les résultats de l’examen professionnel d’ingénieur en chef territorial sont en ligne ! Découvrez les noms des lauréats ici : ht…

  • Les Méditerranée et les élèves conservateurs territoriaux du patrimoine Sarah Bernhardt reçoivent a…

  • RT : Début de la table ronde sur l’éthique professionnelle à l’épreuve de la censure animée par . Pour Sophie Mouton,…

  • RT : Les et en pleine ébullition et négociations pour choisir les projets colle…

  • [#EnDirect] Régine Palumbo, responsable du Pôle de compétences RH du CNFPT, intervient ce matin en direct de la co…

  • RT : Aujourd’hui au on a parlé mobilité internationale des agents de la fonction publique territoriale: un enjeu importa…