Être accompagné, pour accompagner (des clés de lecture pour soi)   K’PRATIK

KPRATIK > être accompagné, pour accompagner (des clés de lecture pour soi)

Accompagner les équipes dans le changement… Ca pompe énormément. Mieux vaut ne pas aborder seul cette épreuve et être soi-même  accompagné.

Identifier ses alliés pour ne pas gérer le changement en  « samouraï », s’interroger sur ses propres freins, ses points de progrès, analyser les ressources et talents qu’on a en soi pour faire bouger les lignes: c’est essentiel.

Alors, avec des coachs, apprenez à mieux cultiver votre énergie, celle de vos équipes et celle de vos partenaires !


Récit du K’Pratik « ÊTRE ACCOMPAGNÉ POUR MIEUX ACCOMPAGNER » organisé par Sémaphores


Il faut que ça change ! Espoir, motivation, angoisse, scepticisme, pas mon problème, même pas en rêve… et vous, quelle est votre réaction face au changement ? Et si c’était à vous de mener le projet qui change tout, quelle réaction auraient vos collègues ? Vous emmenez qui avec vous ?

Qui est qui ?

La transformation d’une organisation ne se fait pas en un claquement de doigts. Pour John Kotter de la Harvard Business School, elle se fait même en huit étapes. Nous allons nous arrêter sur l’une d’elles : former une coalition puissante. La hiérarchie à elle seule ne suffit pas, un véritable leadership est nécessaire pour entraîner vos collaborateurs vers de nouvelles pratiques. Qui se ralliera à vous facilement ? Qui a encore besoin d’être convaincu ? Qui s’opposera quoi qu’il arrive ? Qui vous suivra où que vous alliez ? L’enquête commence. Le but : repérer ses alliés, convaincre les hésitants, neutraliser les opposants.

ANALYSER LES POSITIONS DES ACTEURS

Pour cela, l’outil le plus pratique est le sociogramme : pour chaque personne qui m’entoure, quelle est sa position par rapport à mon projet, et quelles actions mettre en place vis-à-vis d’elle pour former ma coalition (puissante) ?
Autant vous prévenir tout de suite, cet exercice est très subjectif. Il est donc important de croiser les regards car c’est de l’échange de points de vue qu’émerge la vision la plus claire et la plus pertinente de la position des acteurs.

À VOUS (TOUS) DE JOUER !

Une fois le sociogramme établi, comment agir pour former la coalition qui va permettre à mon projet d’avancer ? L’une des difficultés de l’exercice est de trouver la bonne stratégie vis-à-vis des acteurs. N’oubliez pas qu’une équipe est certes composée de personnes ayant chacun leur positionnement mais ce dernier peut évoluer et surtout, les personnes sont en contact entre elles et peuvent avoir une influence les unes sur les autres. Il ne suffit pas d’avoir des alliés, il faut maintenir leur adhésion et savoir les mettre en action pour faire basculer les hésitants par exemple.

Quelques pistes :

  1. Identifiez les alliés sur lesquels vous pourrez vous appuyer.
  2. Acceptez vos alliés tels qu’ils sont et définissez avec eux une vision partagée du projet.
  3. Consacrez 2/3 de votre temps aux alliés et aux hésitants. Tenter de convaincre les opposants est une perte de temps.
  4. Soutenez et valorisez vos alliés, et organisez la communication entre eux.
  5. Appuyez-vous sur vos alliés pour rallier les hésitants et contenir les opposants.
  6. Négociez avec les donnants-donnants.

C’est l’heure de la mise en pratique

On y est, c’est la réunion de mobilisation pour lancer mon projet. Il va falloir tout mettre en pratique et être réactif, ce n’est plus le moment de réfléchir sur sa feuille de papier.
Vous êtes prêt, vous avez convoqué tout le monde autour de la table… moteur… action !

  1. Exposez clairement le projet et donnez-lui du sens (avec l’art du récit abordé dans d’autres chapitres).
  2. Taisez-vous et laissez chacun exprimer ses réactions : c’est pour vous le moment de cerner les positions de chacun.
  3. Restez attentif et à l’écoute aussi bien de la communication verbale que non verbale.
  4. Adressez-vous à tous vos interlocuteurs.
  5. Mobilisez l’équipe par votre propos mais aussi votre gestuelle et vos regards (verbal et non verbal).
  6. Ne vous laissez pas « happer » par vos opposants.
  7. Favorisez l’expression de vos alliés, appuyez-vous sur eux.
  8. Repérez les changements de positions des acteurs, valorisez-les et encouragez-les.
  9. Gérez la sortie de réunion : clôturez sans conclure le débat.

POUR PASSER À L’ACTION

LES CONTRIBUTEURS : CONSULTANTS ET COACHS DE SÉMAPHORES

  • Catherine d’Esterno, Responsable du pôle Transformations, Directrice de missions  Sémpahores.
  • Aurélie Schloupt, Consultante RH.
  • Aurélie Pallotta, Consultante RH.
  • Fabien Goffi, Directeur conseil secteur public local, Sémaphores.

 

Intervenant(s)

Organisateurs :

Sémaphores

Intervenants :

Catherine d’Esterno, Responsable du pôle Transformations, Directrice de missions Conseil

Aurélie Schloupt Consultante RH

Aurélie Pallotta Consultante RH

Fabien Goffi, Directeur conseil secteur public local, Sémaphores

  • Plus de 100 élèves administrateurs, conservateurs et ingenieurs en chef de accueillis par le maire de S…

  • RT : Une fois encore, la grande école de la fonction publique territoriale prouve sa capacité d’adaptation aux besoins des #…

  • Un avant-gout de leur formation qui démarre en mars élèves_ingénieurs_en_chef_territoriaux…

  • RT : En 2019, l’ renforce l’approche transversale et les points de convergences entre les futurs cadres territoriaux amené…

  • RT : J-L Marx rencontre ce matin la 27e promotion des de Institut National des Études Territoriales. Bienvenue à eux…

  • Bienvenue aux élèves et territoriaux de l’#inet qui démarrent leur formation aujourd…