[INTERVENANT] Cynthia Fleury, inégalités et ressentiments des citoyens : quelle place pour l’action publique ?

30 septembre 2021

Portrait de Cynthia Fleury, philosophe

Philosophe et psychanalyste, Cynthia Fleury est professeur titulaire de la Chaire « Humanités et Santé » au Conservatoire National des Arts et Métiers et professeur associée à l’Ecole des Mines (PSL/Mines-Paristech). Sa recherche porte sur les outils de la régulation démocratique.

Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Dialoguer avec l’Orient (PUF, 2003), Les pathologies de la démocratie (Fayard, 2005 ; Livre de poche 2009), La fin du courage (Fayard, 2010 ; Livre de poche, 2011), Les irremplaçables (Gallimard, 2015) et Ci-Gît L’Amer (2020).

Elle a longtemps enseigné à l’Ecole Polytechnique et à Sciences Po (Paris). Elle a été présidente puis vice-présidente de l’ONG Europanova, organisatrice des Etats Généraux de l’Europe (plus grand rassemblement de la société civile européenne). À son entrée en 2013 au CCNE (Comité consultatif national d’éthique), elle est son plus jeune membre. Elle est également membre fondateur du réseau européen des femmes philosophes de l’Unesco.

Après avoir fondé la Chaire de Philosophie à l’Hôpital (Hôtel-Dieu Paris), elle est désormais titulaire de la Chaire de Philosophie à l’Hôpital du GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences.

Son intervention aux ETS 2021

Inégalités et ressentiments des citoyens : quelle place pour l’action publique ?

Pour la philosophe et psychanaliste Cynthia Fleury, le ressentiment contemporain menace la démocratie. Dans son ouvrage Ci-gît l’amer. Guérir du ressentiment, elle analyse cet état d’esprit toxique. Souvent généré par les inégalités, ce ressentiment devient le prisme à travers lequel le citoyen analyse la société dans laquelle il vit. Cynthia Fleury précise le rôle de l’action publique, qui doit pouvoir agir sur l’origine de la souffrance et lutter contre l’augmentation des inégalités.

Philosophe et psychanalyste, Cynthia Fleury est professeur titulaire de la Chaire « Humanités et Santé » au Conservatoire National des Arts et Métiers et professeur associée à l’Ecole des Mines (PSL/Mines-Paristech). Sa recherche porte sur les outils de la régulation démocratique.

Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Dialoguer avec l’Orient (PUF, 2003), Les pathologies de la démocratie (Fayard, 2005 ; Livre de poche 2009), La fin du courage (Fayard, 2010 ; Livre de poche, 2011), Les irremplaçables (Gallimard, 2015) et Ci-Gît L’Amer (2020).

Elle a longtemps enseigné à l’Ecole Polytechnique et à Sciences Po (Paris). Elle a été présidente puis vice-présidente de l’ONG Europanova, organisatrice des Etats Généraux de l’Europe (plus grand rassemblement de la société civile européenne). À son entrée en 2013 au CCNE (Comité consultatif national d’éthique), elle est son plus jeune membre. Elle est également membre fondateur du réseau européen des femmes philosophes de l’Unesco.

Après avoir fondé la Chaire de Philosophie à l’Hôpital (Hôtel-Dieu Paris), elle est désormais titulaire de la Chaire de Philosophie à l’Hôpital du GHU Paris Psychiatrie et Neurosciences.

Son intervention aux ETS 2021

Inégalités et ressentiments des citoyens : quelle place pour l’action publique ?

Pour la philosophe et psychanaliste Cynthia Fleury, le ressentiment contemporain menace la démocratie. Dans son ouvrage Ci-gît l’amer. Guérir du ressentiment, elle analyse cet état d’esprit toxique. Souvent généré par les inégalités, ce ressentiment devient le prisme à travers lequel le citoyen analyse la société dans laquelle il vit. Cynthia Fleury précise le rôle de l’action publique, qui doit pouvoir agir sur l’origine de la souffrance et lutter contre l’augmentation des inégalités.

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
SUIVEZ-NOUS SUR :
X